Toute l'actualité du CELT : conférences, revue Études Touloises, prix Moselly...

vendredi 13 octobre 2017

Assemblée générale : compte-rendu

Le compte-rendu de l'assemblée générale qui s'est tenue le 12 septembre 2017 est disponible ICI.


De gauche à droite :


- Paul Montagne, trésorier du CELT
- Philippe Masson, président
- Aurélie Prévost, secrétaire
- Micheline Montagne, secrétaire du prix Moselly
- Philippe Jeandat, trésorier des Études Touloises
- Vincent Lamarque, Études Touloises

À l’issue de cette assemblée, Gérard Howald a présenté un film sur la restauration du campanile de la façade de la cathédrale.

Le verre de l’amitié a terminé la soirée.

dimanche 1 octobre 2017

Conférence d'octobre 2017

Les protestants en Lorraine au XVIe siècle - Une diffusion contrastée

Par Julien Léonard, maître de conférences à l’université de Lorraine

Mardi 10 octobre à 20h30 à la salle des Adjudications (cour de l’hôtel de ville)
Entrée libre et gratuite

"La célébration des 500 ans de la Réforme protestante et de la diffusion du message luthérien (1517) rappelle à juste titre le caractère éminemment européen du phénomène : né en Allemagne, celui-ci se répand très rapidement, puis prend des formes diverses en étant relayé par d’autres réformateurs, le plus célèbre étant sans doute Jean Calvin.
Dans ce panorama, l’espace lorrain est souvent oublié et considéré comme hermétique au protestantisme. C’est oublier qu’au-delà des duchés de Lorraine et de Bar, à la forte identité catholique forgée dès 1525 et la répression contre les Rustauds, l’espace lorrain est aussi composé d’enclaves d’Empire et d’évêchés qui, passés sous la protection du roi de France en 1552, connaissent une histoire particulière. C’est notamment le cas de Metz où s’implante un foyer calviniste durable et puissant. D’ailleurs, même les duchés laissent apercevoir des foyers de protestantisme, plus ou moins tolérés par le pouvoir à condition de rester discrets et privés, loin d’une législation apparemment impitoyable.
Cette conférence se penchera sur les mécanismes de la diffusion de la Réforme dans l’espace lorrain, en fonction de la complexité géopolitique de celui-ci et de sa place au sein des réseaux marchands et intellectuels européens. Elle s’intéressera tant aux éléments conflictuels (comme lorsque le réformateur Guillaume Farel est forcé de fuir Gorze déguisé en lépreux pour éviter la répression du duc Claude de Guise en 1543) qu’à la lente naissance de l’idée de tolérance civile, bien que celle-ci soit encore bien éloignée de la tolérance telle que nous l’entendons."