Toute l'actualité du CELT : conférences, revue Études Touloises, prix Moselly...

mercredi 29 novembre 2017

En kiosque : ET n°162


 - Au musée : Programme du 1er trimestre 2018

- Feu la tuilerie de Trondes (Meurthe-et-Moselle). Jean-Yves Chauvet
- Un JAM, un regard... Les épitaphes de la collégiale Saint-Gengoult. Émilienne Didier
- Les chanoines de la cathédrale de Toul, à la veille de la Révolution. Des hommes de leur temps. Jean-Paul Aubé
- Prix Moselly 2017 : Muerte Mosela. Pascal Titeux
- Programme des conférences CELT (janvier-juin 2018)
- Partenariats : La Gazette ; Comité d'Histoire Lorraine
- Dans la presse

dimanche 26 novembre 2017

Remise du prix Moselly 2017

Belle affluence, essentiellement d'habitués, dans la salle des mariages pour la remise du prix Moselly 2017 à Pascal Titeux pour sa nouvelle "MUERTE MOSELA" ce samedi 25 novembre.

Le maire, Alde Harmand, a ouvert la séance en faisant un rappel historique sur le bâtiment qui abrite la mairie, ancien palais épiscopal dont les splendeurs intérieures ont disparu lors d'un dramatique incendie en décembre 1939. La réhabilitation relativement récente (1977) lui vaut un intérieur simple, mais la présence d'un grand vase de la faïencerie Toul-Bellevue est un rappel des richesses artistiques touloises d'autrefois.

Après l'intervention de Philippe Masson, président du Cercle d'Études Locales du Toulois, Micheline Montagne, présidente du prix Moselly, a retracé l'histoire du concours, expliqué son déroulement et fourni quelques informations sur la participation au concours de l'année (cf. ci-après)

Comme le veut la tradition, Pascal Titeux a lu ensuite son texte à haute voix au public qui découvrait la nouvelle, lecture à l'issue de laquelle le candidat était proclamé "lauréat", recevait la dotation de la ville (500 euros) des mains de Gérard Howald, adjoint à la culture, et un diplôme original réalisé par Geneviève Dalier, le tout sous une salve nourrie d'applaudissements.
Avant de se joindre aux auditeurs qui partageaient le verre de l'amitié offert par la ville, Pascal Titeux a dédicacé sa nouvelle aux personnes qui avaient pu acquérir le numéro d'Études Touloises, tout frais sorti de chez l'imprimeur. Le numéro 162 dans lequel elle est éditée sera distribué aux abonnés et disponible en librairie, musée et maison de la presse dans le courant de la semaine.

 De gauche à droite :
Micheline Montagne, Pascal Titeux, Alde Harmand, Philippe Masson



Le lauréat

Pascal Titeux, natif des Vosges, est domicilié depuis peu à Nancy. Philosophe-musicien, retraité de l'éducation nationale, il a, à ce titre, parcouru plusieurs régions de France.
Sa retraite lui permet de mettre en valeur les brouillons rédigés pendant les quelques temps libres octroyés tout au long de sa carrière.

MUERTE MOSELA
La nouvelle met en scène 2 personnages, Aline et Jérôme, qui se sont expatriés à Fos-sur-Mer quand une partie de la sidérurgie y a été délocalisée. L'une restera dans le sud, où elle a des attaches personnelles. L'autre, à l'heure de la retraite, décide de revenir s'installer en Lorraine. Il a promis à Aline de lui donner des nouvelles des anciens sites sidérurgiques lorrains. L'emploi de l'espagnol et du jeu de mot associé n'est pas dû au hasard…

oOo

Le prix Moselly 2017

Le concours a été créé en hommage à l'auteur régionaliste Émile Chenin, Moselly de nom de plume, dont on commémorera en 2018 le centenaire de la mort par diverses manifestations qui s'échelonneront tout au long de l'année, et à l'issue de laquelle le CELT espère que nul n'ignorera plus qui était cet auteur. Le concours de cette année est le 69e, mais le lauréat est le 59e, 10 années n'ayant pas vu de récompense faute de qualité ou d'adéquation au thème, le règlement stipulant que la nouvelle doit être d'inspiration lorraine.
Les envois se font entre la mi-février et la mi-septembre. Le règlement est disponible sur le site des Études Touloises. La publicité est faite par l'intermédiaire de divers médias (presse, sites Internet, blog, mail, bouche à oreille…).
Le jury a disposé de 4 semaines pour lire les 36 textes en compétition avant de se réunir pour la présélection qui a porté sur 6 textes. L'attribution a eu lieu lors d'une seconde réunion, 3 semaines plus tard. C'est à l'issue de cette réunion que l'anonymat est levé. Le lauréat est contacté aussitôt par téléphone… En liaison avec son répondeur, un message lui a été laissé.

Les 36 textes étaient la contribution de 35 auteurs. 25 d'entre eux concourraient pour la première fois.
La communication de la profession n'est pas obligatoire, il y avait une majorité de retraités (15) et des auteurs d'horizons très variés (comédiens, barman, cuisinier, médecin, secrétaire médicale, etc.)
Si la participation est essentiellement celle de Lorrains, 17 résidant en Meurthe et Moselle, 4 en Moselle, l'absence de Meusiens et Vosgiens a été déplorée cette année. Les autres candidats se répartissaient dans toute la France (midi, Bretagne, région parisienne…), et même au-delà puisqu'un texte avait été envoyé de Suède.

Les thèmes abordés sont variés, les guerres ne sont jamais bien loin. Jeanne d'Arc ainsi que Stanislas ont été des personnages prisés, cette année avec beaucoup d'humour et de dérision, faisant fi des réalités historiques. La Lorraine sidérurgique a fait l'objet de plusieurs nouvelles. Certains textes seraient dignes de figurer dans des dépliants touristiques. Quant à la mirabelle, sa tarte est souvent présente, mais elle ne suffit pas à donner un cachet lorrain à des textes qu'on devine "recyclés". Des thèmes peuvent être abordés à la façon d'un roman policier ou de science-fiction. L'ambiance peut être plus ou moins triste, voire carrément trash, ou, à l'opposé, très drôle et humoristique.Les textes trop personnels, mettant en scène des individus ou des situations contemporaines privées et identifiables sont d'office rejetés.

Est Républicain - Toul - article du 26 novembre 2017

vendredi 24 novembre 2017

"Moselly" sur RCF

Intervention de Micheline Montagne, secrétaire du prix Moselly, dans l'émission de Pascale Michotte "Bonjour chez vous", mercredi 22 novembre : ICI.

Replay de l'émission


lundi 20 novembre 2017

"Toul vers 1830 - Une ville à la recherche d'elle-même"- [résumé de la conférence]

La causerie de Jean-Paul Aubé était inspirée de son dernier ouvrage : Toul-La bourgeoise - (1789-1848)


Le conférencier s'est limité à la description de la situation touloise autour des années 1830.
Le constat étant plutôt celui d'une régression, Toul n'est pas plus riche, pas plus propre, pas plus rayonnante que du temps de l'évêché florissant et l'armée n'y a pas encore remplacé les religieux.

"Au début de 1830, Toul n’est plus tout à fait la même qu’à la fin de l’Ancien Régime. L’œuvre législative réalisée depuis 1789 et les ventes de biens nationaux ont été lourdes de conséquences. La laïcisation de l’espace toulois ne s’est pourtant pas accompagnée de démolitions considérables. La ville est toutefois entrée dans une autre phase de son histoire. Les gigantesques transferts de propriété consécutifs à la vente des biens nationaux ont accru les inégalités de fortune, faisant triompher la bourgeoisie. Celle-ci gère la cité malgré ses divisions. Le morcellement des terroirs s’est accentué. La pratique religieuse est devenue dérisoire. La vie associative et culturelle s’est beaucoup appauvrie. La stagnation démographique est toujours là. L’installation d’une importante communauté israélite et la construction d’une synagogue montrent que les temps ont changé. Toul n’est plus qu’une sous-préfecture de la campagne gagnée par la nostalgie. Il est clair que l’ancienne cité évêchoise est à la recherche d’un nouvel élan."




Jean-Paul Aubé

lundi 6 novembre 2017

Prix Moselly 2017

Après un débat animé et très constructif, le jury du prix Moselly a sélectionné la nouvelle "MUERTE MOSELA".
Son auteur, Pascal Titeux, nous fera l'honneur de présenter sa nouvelle lors de la cérémonie de remise du prix à la mairie de Toul le samedi 25 novembre 2017 à 18 heures. Si le lieu est prestigieux, la séance n'en est pas moins sympathique et conviviale. Le CELT souhaite la présence d'un public étoffé pour encourager le 59ème lauréat du 69ème prix Moselly. L'entrée est libre et gratuite.

Pascal Titeux

Monsieur Pascal Titeux est retraité de l'éducation nationale où il a gravi les échelons de professeur à inspecteur d'académie. Ses domaines sont la philosophie et la musique, intérêts qu'il réunit dans un doctorat de philosophie, option esthétique musicale, obtenu en 1974 à l'université de Paris 1 Sorbonne. Sa retraite lui permet de concrétiser une autre passion : l'écriture.
Il a publié en janvier 2015 Apocalypse no ! aux éditions Chloé des Lys.

jeudi 2 novembre 2017

Conférence de novembre 2017

Jean-Paul Aubé présentera

"Toul vers 1830 - Une ville à la recherche d'elle-même"

mardi 14 novembre à 20h30 salle des adjudications
(Entrée libre et gratuite)

Jean-Paul Aubé

lundi 30 octobre 2017

Salon du livre Moselly (2)

Malgré quelques désistements, les participants au salon du livre associé à l'exposition anniversaire des Amis des Arts du Toulois composaient une belle tablée.
Les ventes-dédicaces ont peut-être été modestes, mais les contacts avec le public et entre les auteurs fut amical et chaleureux.



Michel Brunner






Pascale Laurent, présidente des Amis des Arts



jeudi 19 octobre 2017

Salon du livre Moselly

Rendez-vous le 29 octobre 2017 à la salle de l'Arsenal, pour un salon littéraire "Moselly".

Dans le cadre de l'exposition marquant les 70 ans des l'association "Les Amis des Arts du Toulois", la présidente, Pascale Laurent, à souhaité associer la littérature aux arts plastiques.
C'est ainsi que des lauréats du prix Moselly seront présents pour dédicacer leurs œuvres diverses.
Nous comptons sur la présence de Josette Chanot-Vœgtlé, Irène Génin-Moine, Dominique Hazaël-Massieux, Valérie Laplanche, Gilles Laporte, Philippe Piot, Didier Sarrassat et Roger Wadier. Michel Brunner, membre du jury sera également présent pour son ouvrage sur Michel Dinet.. Suivant le cas, les livres seront vendus par leurs auteurs, par la librairie Bossuet de Toul et par le CELT. L'association proposera des exemplaires des Études Touloises dans lesquels ont été édités les nouvelles primées, le livre "Dans les pas d'Émile Moselly" et "Les chemins de traverse", ouvrage de Jean-Pierre Ziegler qui ne pourra hélas pas être présent.
Le CELT et certains auteurs seront présents dès 10 heures.

Pour tout savoir sur le prix Moselly, ses modalités (le concours 2018 n'est pas encore ouvert), les lauréats, les nouvelles primées depuis 1974, les articles de la presse, consulter les pages spécifiques sur le site des Études Touloises, ICI.




mardi 17 octobre 2017

Les protestants en Lorraine au XVIe siècle - Une diffusion contrastée [résumé de la conférence]

"La célébration des 500 ans de la Réforme protestante et de la diffusion du message luthérien (1517) rappelle à juste titre le caractère éminemment européen du phénomène : né en Allemagne, celui-ci se répand très rapidement, puis prend des formes diverses en étant relayé par d’autres réformateurs, le plus célèbre étant sans doute Jean Calvin.
Dans ce panorama, l’espace lorrain est souvent oublié et considéré comme hermétique au protestantisme. C’est oublier qu’au-delà des duchés de Lorraine et de Bar, à la forte identité catholique forgée dès 1525 et la répression contre les Rustauds, l’espace lorrain est aussi composé d’enclaves d’Empire et d’évêchés qui, passés sous la protection du roi de France en 1552, connaissent une histoire particulière. C’est notamment le cas de Metz où s’implante un foyer calviniste durable et puissant. D’ailleurs, même les duchés laissent apercevoir des foyers de protestantisme, plus ou moins tolérés par le pouvoir à condition de rester discrets et privés, loin d’une législation apparemment impitoyable.
Cette conférence s'est penchée sur les mécanismes de la diffusion de la Réforme dans l’espace lorrain, en fonction de la complexité géopolitique de celui-ci et de sa place au sein des réseaux marchands et intellectuels européens. Elle s’'est intéressée tant aux éléments conflictuels (comme lorsque le réformateur Guillaume Farel est forcé de fuir Gorze déguisé en lépreux pour éviter la répression du duc Claude de Guise en 1543) qu’à la lente naissance de l’idée de tolérance civile, bien que celle-ci soit encore bien éloignée de la tolérance telle que nous l’entendons."

Le conférencier, Julien Léonard et Philippe Masson, président du CELT


Le "puzzle" lorrain au XVIe siècle
Site source

vendredi 13 octobre 2017

Assemblée générale : compte-rendu

Le compte-rendu de l'assemblée générale qui s'est tenue le 12 septembre 2017 est disponible ICI.


De gauche à droite :


- Paul Montagne, trésorier du CELT
- Philippe Masson, président
- Aurélie Prévost, secrétaire
- Micheline Montagne, secrétaire du prix Moselly
- Philippe Jeandat, trésorier des Études Touloises
- Vincent Lamarque, Études Touloises

À l’issue de cette assemblée, Gérard Howald a présenté un film sur la restauration du campanile de la façade de la cathédrale.

Le verre de l’amitié a terminé la soirée.

dimanche 1 octobre 2017

Conférence d'octobre 2017

Les protestants en Lorraine au XVIe siècle - Une diffusion contrastée

Par Julien Léonard, maître de conférences à l’université de Lorraine

Mardi 10 octobre à 20h30 à la salle des Adjudications (cour de l’hôtel de ville)
Entrée libre et gratuite


samedi 30 septembre 2017

Les Amis du Musée de Toul - Conférence d'Aurélie Prévost

Malgré quelques soucis informatiques, Aurélie Prévost, secrétaire du CELT, a présenté avec aisance et dynamisme sa conférence sur l'amitié aux XVIe et XVIIe siècles. Thème qui était l'objet de sa thèse de doctorat en histoire soutenue à Lyon le 28 novembre 2011.

http://www.theses.fr/2011LYO20110


La conférence a été proposée dans la salle des tapisseries, elle a été suivie par un buffet dans la salle lapidaire.

dimanche 10 septembre 2017

Forum des Associations 2017


Le CELT était présent au forum, en bonne place à côté des Amis du Musée de Toul, samedi 9 septembre à la salle de l'Arsenal.
Une bon moyen de faire connaitre l'association, la revue Études Touloises et le prix Moselly à un public venu nombreux. Ce fut l'occasion d'échanges intéressants avec les visiteurs qui ont pu prendre connaissance du prévisionnel des conférences de l'année 2017/18. En espérant avoir conquis de nouveaux auditeurs...



jeudi 31 août 2017

Réunion du CA

Rentrée studieuse pour le conseil d'administration qui s'est réuni ce mardi pour préparer l'assemblée générale fixée au 12 septembre à 20h 30.


Gérard Howald, Paul Montagne (trésorier) Aurélie Prévost (secrétaire)
et Philippe Masson (président)

dimanche 27 août 2017

En kiosque : Études Touloises n°161 - juillet/septembre 2017

Il sera possible de se le procurer dès la semaine prochaine dans les points de vente habituels (librairie Bossuet, maison de la presse, musée, sur le site Internet des Études Touloises) et par abonnement.
Les abonnés inscrits ont déjà accès à la version numérique.



La présence étrangère dans le Toulois au cours de l'histoire :

- Michele Betto (1645-1702), entrepreneur "italien de nation" à Toul - par Raphaël Tassin
- De "sanglantes échauffourées" à Bruley en 1906 contre les ouvriers italiens - Pierre-Louis Buzzi
- Le dépôt de travailleurs étrangers et la présence polonaise dans le
Toulois - Laurent Rzepala
- Prisonniers de guerre coloniaux dans le Toulois et en Meurthe-et- Moselle lors de la Seconde Guerre mondiale (1940-1945) - par Christophe Woehrle

Mais aussi :

- Programme culturel au Musée d'Art et d'Histoire de Toul pour le 4e trimestre 2017
- Partenariat : La Gazette lorraine
- Résurrection du Pélican toulois - Alain Villes
- Dans la presse...

samedi 26 août 2017

Études Touloises - mise en ligne du numéro 157

Les articles du n°157 sont consultables sur le site : http://www.etudes-touloises.fr/recherches/annee/2016.html#157

vendredi 25 août 2017

Assemblée générale du CELT - 12 septembre 2017

l'Assemblée Générale du CELT aura lieu le :

12 septembre 2017 à 20h 30 
salle des Adjudications (cour de l'hôtel de ville) à Toul. 

Il sera possible de se présenter à partir de 20h00 pour renouveler sa cotisation (10 €) avant la séance.
Seules les personnes à jour de leur cotisation 2016-2017 peuvent participer aux différents votes et sont éligibles au conseil d’administration. Il est possible de régulariser sa situation le 12 septembre juste avant la tenue de l’Assemblée générale.
Si le quorum n’est pas atteint, l’assemblée générale extraordinaire débutera à 21h00.

Ordre du jour :

- Rapport moral et d’activités 2016-2017 par Philippe MASSON, président
- Rapport sur les Études Touloises par Bernard HUMBERT
- Rapport sur la situation du Prix Moselly par Micheline MONTAGNE
- Rapport financier par Paul MONTAGNE, trésorier
- Rapport financier des Études Touloises par Philippe JEANDAT, trésorier des Études Touloises
- Élection des membres du conseil d'administration
- Montant de la cotisation 2018-2019
- Projets pour 2017- 2018
- Questions diverses

À l’issue de cette assemblée, monsieur Gérard HOWALD présentera un film sur la restauration du campanile de la façade de la cathédrale.

Promenade littéraire

Une seule date cette année pour la promenade littéraire estivale organisée par l'association le Claveau :

Samedi 26 août 2017
Rendez-vous à 15 heures devant la cathédrale


Le thème de l'année est celui de Joson Meunier, personnage de l'écrivain local régionaliste Émile Moselly.
Josette Codron, Jean-Pierre Ziegler (membres du CELT, lauréats du prix Moselly), Corinne Florentin (membre du CELT, psychologue) et Françoise Probek animeront cette promenade en fonction de leurs talents et compétences respectifs.


"Point de faits historiques au programme de la promenade littéraire de cet été. Les membres de l’association Le Claveau changent de formule. Ce samedi après-midi, Josette Codron, Corinne Florentin, Jean-Pierre Ziegler et Françoise Probek (qui se chargera de théâtraliser l’intro) emmèneront plutôt les curieux dans les pas de deux héros du roman « Joson Meunier », signé de l’écrivain local Emile Moselly. Un auteur récompensé du Goncourt en 1907 et comme le prix fête cette année ses 110 ans, la thématique était toute trouvée !
Au fil d’un parcours de six étapes qui démarrera du parvis de la cathédrale, les intervenants liront des morceaux choisis du roman, puis les commenteront. L’histoire conte la vie d’un paysan poussé à quitter Bicqueley pour s’installer en ville, à Toul. Une nouvelle vie citadine où il assistera à l’ascension intellectuelle de son fils. Joson sera ainsi tiraillé entre l’envie de voir son fils réussir et le regret de constater qu’un fossé se creuse entre eux.
Endroits toujours existants
Ce récit est un « roman naturaliste », comme le souligne l’ex-enseignante de français Josette Codron. Autrement dit les lieux et personnages ont existé. A l’image du proviseur décrit dans le livre dont le portrait est au musée de Toul : c’est l’une des étapes du périple qui sera assurée par Jean-Pierre Ziegler.
La balade promet donc de partir à la rencontre de personnages et surtout d’endroits toujours existants 107 ans après."

Jean-Pierre Ziegler et Josette Codron

mercredi 19 juillet 2017

Études Touloises : appel à contribution

Études Touloises projette de réaliser un numéro spécial sur "La guerre 1914/18 dans le Toulois" à l'occasion du centenaire de l'armistice de 1918.
Nous remercions tous ceux qui peuvent, par des témoignages, par des écrits, par des images ou toute autre contribution, nous aider dans ce projet commémoratif.

Contact :

Par courrier : Études Touloises Musée de Toul 25 rue Gouvion Saint-Cyr 54200 TOUL
Ou par courriel : etudes.touloises@gmail.com

mercredi 14 juin 2017

En kiosque : Études Touloises n°160 - avril-juin 2017



Au sommaire :
  • Programme culturel au Musée d'Art et d'Histoire de Toul pour le 3e trimestre 2017
  • Toul sonnante : Panorama du patrimoine campanaire de Toul par Thibaut Laplace
  • Le château de Bicqueley par Céline et Thierry Vautrin
  • Un JAM, un regard : Brèves de touristes par Émilienne Didier
  • Remise de la cravate de Commandeur des Arts et des Lettres à Michel Hachet
  • Dans la presse
  • Blénod, que signifie ce toponyme ? par Michel Hachet
  • La Gazette lorraine, sommaire du n°105
  • Prix Moselly - règlement
  • Parution : L'amitié en France aux XVIe et XVIIe siècles par Aurélie Prévost

samedi 3 juin 2017

Voyage de fin d'année à Saint-Germain en Laye - Dimanche 2 juillet 2017

Le CELT vous propose une visite du domaine national de Saint-Germain-en Laye le dimanche 2 juillet 2017.


Le château de Saint Germain en Laye
Source Wikipédia - Photo JH Mora, août 2005



Programme :
  • 6h00 : Départ du bus, place de la République à Toul
  • 11h00 : Visite guidée de l’Exposition Austrasie (durée 1h00). Cette exposition diffère de celle de Saint-Dizier !
  • Déjeuner libre
  • 14h30 : visite guidée du château et des jardins (durée 1h30)
  • Temps libre (musée et domaine entièrement accessibles avec les billets)
  • Retour à Toul, place de la République à 22h30

Le coût par personne pour la visite guidée, l’entrée et le bus s’élève à : 56 €
Le voyage est limité à 30 personnes maximum.

Inscription et chèque à envoyer à :
Aurélie Prévost, 182 avenue du Général Leclerc, bâtiment B, entrée C, 54 000 Nancy

Télécharger le programme et le bulletin d'inscription ICI.

Édit :  le voyage a été annulé en raison d'un nombre insuffisant d'inscrits. Dommage !


jeudi 11 mai 2017

Une INSCRIPTION DÉDIÉE à Auguste par la COLONIA TVLLO LOVCO découverte à Franchevillle [Résumé de la conférence]


Philippe Masson, président du CELT, accueille le conférencier


C'est dans des circonstances assez particulières que le musée de Toul est entré en possession d'une pierre.
Le musée est prévenu le 17 novembre 2011 par un coup de téléphone brusquement interrompu, (l'interlocuteur non identifié ne rappellera jamais) qu'une pierre portant des inscriptions a été dégagée dans un chantier et qu'elle a été mise à l'abri grâce à une pelleteuse sous un pont enjambant le ruisseau de la Naux, près de Francheville (54).


Pascal Vipard

Depuis lors, Pascal Vipard, épigraphiste, maître de conférences d'Antiquités Nationales à l'Université de Lorraine, en a étudié l'inscription et a partagé, avec le public toulois, le fruit de 6 années de recherches sur le point d'être publiées. Pour des raisons de droit de propriété scientifique, nous ne dévoilerons pas ici le déchiffrage de l'inscription.


La pierre calcaire pesant 70 kg est dans un parfait état de conservation, tout comme l'inscription en latin, d'un graphisme irréprochable. C'est un hommage de Toul à l'empereur Auguste.
On peut y lire :

IMP.CAESARI.DIVI F
AVGVSTO.IMP.XIII TR
IB.POT.XII.PONT.MAX
COS.XI.RES.PCOLON
IAE.AVG.TVLLO.LOVCO
DD

Le chercheur, après avoir aisément développé les termes abrégés (ce qui était courant à l'époque) s'est employé à en analyser chaque passage.
Il est question d'Auguste, de la res publica, de la colonie de Toul et des Leuques.
Cependant, des étrangetés deviennent évidentes au chercheur qui démontre point par point les erreurs liées aux divers éléments du texte, chacun pouvant s'expliquer, se justifier, mais dont l'accumulation est troublante.
Ce qui conduit à conclure que cette pierre, découverte dans des circonstances peu claires, comportant une accumulation statistiquement anormale de "bizarreries", oblige, par prudence scientifique, à rejeter le texte en tant que source historique et à décréter qu'il s'agit d'un faux à plus de 9 chances sur 10.



À l'issue de la conférence, la pierre a retrouvé les caves du musée en compagnie de réserves qu'elle n'avait jamais quittées.

mercredi 3 mai 2017

Conférence de mai : Une dédicace honorifique à l'empereur Auguste par la colonie de Toul sur une inscription de Francheville

Pascal Vipard
maître de conférences à l'université de Lorraine

"Une dédicace honorifique à l'empereur Auguste par la colonie de Toul sur une inscription de Francheville"


Mardi 9 mai à 20h30, salle des adjudications de Toul (cour de l'hôtel de ville).

Entrée libre et gratuite

lundi 1 mai 2017

Michel Hachet nommé au grade de Commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres

Michel Hachet a été nommé au grade de Commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres le samedi 29 avril 2017.
Une assemblée fournie, composée de membres de sa famille, membres des Amis du Musée de Toul et du CELT, de membres de l'académie Stanislas, de collègues et amis…, s'était réunie dans la très belle salle lapidaire pour assister à la remise de cette décoration.

Les intervenants :


Alde Harmand, maire de Toul
Dominque Potier, député
Alain de Tinseau, président des Amis du Musée de Toul
Philippe Masson, président du CELT et ancien membre des Jeunes Amis du Musée
Jean-Claude Bonnefont, secrétaire perpétuel de de l'académie de Stanislas

Après un très beau discours rendant hommage à l'homme et à son œuvre immense au service de Toul, consacrée à son musée et à la culture locale, Dominique Potier lui remet le collier :




Michel Hachet signe le livre d'or du musée :


La cérémonie a été suivie par un sympathique cocktail.

Est Républicain 2 mai 2017

mercredi 12 avril 2017

La construction des résidences pour les familles des militaires américains présents en France dans le cadre de l’OTAN [Résumé de la conférence]


 Jean-Marie Simon, architecte, Directeur du CAUE 54


Avec l'installation de bases américaines de l'OTAN dès 1950, il s'agit de loger les familles des militaires. Ils y resteront jusqu'à 1967.
Or, après la Seconde Guerre mondiale, une sévère crise du logement sévit en France. L'état souhaite que ces militaires ne logent pas sur les bases elles-mêmes et les nécessités d'une éventualité que les soldats américains doivent rejoindre leur base rapidement conditionnent qu'ils logent à une distance déterminée.
C'est ainsi que les villages américains vont être créés. Leur construction et leur financement par des sociétés sont intégralement français.


Certaines municipalités y voient une opportunité pour leur cité alors que d'autres sont plus récalcitrantes. À Toul, le maire Pierre Schmidt est favorable à leur implantation et s'active pour trouver rapidement un terrain. Ces villages sont édifiés légèrement à l'écart des villes qui les accueillent. À Toul, il s'agit de Régina village et de la cité Saint-Michel de part et d'autre de la route de Verdun. La ville-haute n'existe pas encore. Les militaires sont stationnés sur la base de Rosières.

Jean-Marie Simon ne s'est pas cantonné à décrire les deux villages de Toul, mais également ceux de la région, que ce soit, entre autres, Toulaire à Liverdun, Bois-le-Duc à Vandoeuvre, les Clairs Chênes à Étain, Pershing et Lafayette à Chaumont, sans oublier la cité canadienne de Longuyon, pour n'en citer que quelques-uns.

Ces villages sont de taille variable, les plus petits ne comportant qu'une trentaine de maisons.
Les pavillons, indépendants ou mitoyens, sont de bonne qualité, équipés du confort américain, de plain-pied, sans sous-sol ni grenier. Il n'y a pas de garage non plus : la rue large y accueillant le stationnement des véhicules.

Perspective axonométrique d'un pavillon
(Source : archives du musée de Toul)

Depuis, les parcelles ont été définies pour chaque résidence. Les villages ont conservé leur authenticité. Quelques aménagements paysagers portent sur les clôtures, des plantations et aménagements des jardinets remplaçant les espaces ouverts engazonnés des Américains. Garages et vérandas ont été ajoutés.
Les abords se sont urbanisés.

Localisation des deux villages américains de Toul,
de part et d'autre de l'avenue J.F. Kennedy
(Source IGN/Géoportail)


Régina-village et la cité Saint-Michel via Google street-view



NB : malgré leur bref passage d'une quinzaine d'années sur le territoire du N.E. de la France, la présence des "Ricains" reste ancrée dans la mémoire des anciens. C'est l'époque des cigarettes américaines, du chewing-gum et du formica ; des grosses voitures rutilantes, des bars américains et de la M.P. à côté des gendarmes français. C'est aussi l'époque où fleurissait sur les murs le slogan "US GO HOME" des sympathisants communistes et des pacifistes.
Les Américains avaient leurs propres écoles et des échanges avec les établissements scolaires français soulignaient les grandes différences d'éducation, ne serait-ce que par la mixité, encore très rare dans les lycées français.
Des mariages mixtes ont eu lieu et, après 1967, des femmes françaises ont suivi leur époux en Allemagne et aux États-Unis.